La Fabrique Culturelle

Quand la forêt danse au festival Éclipse

Amener sa fille à un spectacle de Marie Mai, c’est des choses qui arrivent. Mais amener ses cinq enfants à un festival de musique électronique perdu dans le bois, c’est moins courant. 

Catherine et Pierre-Yves, deux férus de musique électronique, nous offrent leur point de vue particulier (et familial) sur un festival à la fois méconnu et hyper populaire!

Le festival Éclipse ressemble parfois à un prolongement moderne du « rave » des années ’90. On y retrouve les traditionnels disques jockeys (DJs), vidéo jockeys (VJs), une faune de tous âges bigarrée, et, chose nouvelle, on y retrouve aussi des familles. C’est que les « raveurs » d’hier se sont assagis, ont eu des enfants, mais n’ont pas perdu le gout de danser sur les BPMs (Beats Per Minute) endiablés de leur DJs préférés. Le festival suit les valeurs de ses adeptes, souvent néo-hippies, et fait la promotion du développement personnel, de la quête de bien-être, que ce soit par des ateliers de méditation que des cours de yoga; ils sont ancrés dans leur époque. C’est la quatorzième année d’existence du festival, la huitième présence à Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau.

Avec des adeptes mordus, prêts à traverser le monde pour assister aux nombreux festivals analogues, Éclipse attire des gens des cinq continents. Jamais Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau n’aura été aussi cosmopolite!

Crédits

Réalisation, caméra et montage : Alain Chevarier

Prise de son : Steven Boivin

Coordination : François DesRochers et Nadine Deschamps

Merci spécial à Catherine Mayer-Paquet, Pierre-Yves Paquet et leurs 5 enfants, ainsi qu'à Catherine Turp