La Fabrique Culturelle

Léo Coupal-Lafleur : le slam, de Québec à Paris

Mai 2017. Léo Coupal-Lafleur s’envole à Paris représenter le Québec à la Coupe du monde 2017 de slam de poésie. Slameurs de tous les pays, attachez votre tuque!

Juste avec de partir, en se baladant sur les remparts à proximité du Parlement, il déclame avec conviction Politique du nom, un texte truffé de trouvailles et télescopages que n’aurait pas renié le grand Sol.

Petite bio de cet étudiant en Sciences de la nature au Cégep François-Xavier-Garneau :

Léo Coupal-Lafleur a fait ses premiers pas en poésie à l’âge de 15 ans à la suite d’une rencontre avec les mots de David Goudreault. Issu de la culture hip-hop et pratiquant le breakdance depuis une dizaine d’années, il a d’abord intégré la poésie à la danse, sa passion initiale. En 2016, il a rejoint la scène québécoise de Slam et y a remporté le Grand Slam national. Telle une danse, son écriture rythmée et fluide lui permet d’animer la scène avec vigueur, légèreté et profondeur!

(Source : Coupe du monde 2017 - Slam de poésie)

INFOS

On surveille Léo Coupal-Lafleur à la Coupe du monde de slam alors qu’il s’y produit le le 24 mai. Sa présence sur place découle directement du fait qu'il est le gagnant solo du Grand slam de poésie (octobre 2016) organisé par la Ligue québécoise de slam. Plus d'infos ici. Tout ça, à 18 ans!

La Ligue québécoise de slam (LIQS) regroupe six équipes représentant six grandes régions et présente un calendrier des activités sur le terrain tout en offrant podcasts, photos et vidéos.

Le slam, tel que défini par la Coupe du monde :

Si «poésie» se dit et s’écrit en une centaine de langues, «slam» est universel ! Il vient de l’anglais «chelem» qui signifie tournoi, et c’est un tournoi de poésie ouvert à tous ! Pour la 11ème Coupe du Monde, des poètes considérés par leur public comme les meilleurs de leurs pays, vainqueurs de leur scène nationale vont vous faire entendre, voir, traverser une galaxie de voix et de sensibilités. La traduction sera rétro-projetée, simultanément pendant que les poètes performent. Un seul remportera la coupe, et même si ce n’est pas possible de juger la poésie et que les meilleurs poètes ne gagnent jamais... on a quand même envie de savoir !!!"

(Source : Coupe du monde 2017 - Slam de poésie).

http://www.grandslam2017.fr/

Crédits

Coordination Télé-Québec Capitale-Nationale : Marie-Claude Paradis, Pauline Bolduc

Caméra, montage et réalisation : Mario Picard

Crédits-Œuvres : Politique des noms, texte de Léo Coupal-Lafleur