La Fabrique Culturelle

La Fabrique culturelle
Musique

Écoute T'Classiques | La Bolduc

La Fabrique culturelle La Fabrique culturelle Capitale-Nationale

7 novembre 2016

Dans la websérie Écoute T’Classiques, un nom s’avère incontournable, celui de Mary Travers, dite La Bolduc. D’origine plus que modeste, Mary a pourtant laissé une trace indélébile dans l’histoire de la chanson francophone.

Élevée dans deux cultures – irlandaise par son père et canadienne-française par sa mère – Mary apprend tôt le folklore issu de ses racines. Adolescente, elle quitte son village natal – Newport en Gaspésie – et part à Montréal pour y travailler. Elle y fait la rencontre d’Édouard Bolduc, plombier et violoneux à ses heures. De leur union naîtront quatre enfants malgré plusieurs grossesses difficiles.  Les temps sont durs et pour gagner un revenu, elle devient couturière.

Comme elle aime jouer de la musique, elle participe à des « soirées » où elle ne tardera pas à être connue. Elle peut s’exécuter au violon, à l’harmonica, à la guimbarde et à l’accordéon. Puis, elle se mettra à chanter et son nom commencera à circuler.  En 1929, elle enregistre deux de ses compositions et, malgré la crise économique, elle vend des milliers de copies. La Bolduc est née!

Au cours des années 30, elle part en tournée avec sa propre troupe et sa voiture. Partout, les salles se remplissent, jusqu’en Nouvelle-Angleterre où tant de Canadiens-Français sont partis vivre et travailler.  Mais un accident d’auto survient en 1937, la ralentissant considérablement. On lui annoncera qu’elle a un cancer qui finira par l’emporter le 20 février 1941, à l’âge de 46 ans.

Bien que boudée par un certain milieu mondain, sa notoriété va lui survivre et ses chansons et turlutes se perpétuent de génération en génération, encore aujourd’hui. S’attachant à décrire le quotidien difficile de son époque, elle transmet à sa façon l’espoir de jours meilleurs. Qui n’a jamais entendu son grand succès «Ça va v’nir, découragez-vous pas »? 

Mes amis je vous assure que le temps est bien dur

Il faut pas s’décourager ça va bien vite commencer

De l’ouvrage i’va en avoir pour tout le monde cet hiver

Il faut bien donner le temps au nouveau gouvernement »

En février 2016, elle a été désignée Personnage historique par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Elle laisse un patrimoine culturel exceptionnel et inspirant. Bravo Madame Bolduc!

* * *

Découvrez les trois autres capsules de la websérie Écoute T'Classiques.

À voir ou revoir, Lis T'Classiques, un retour sur les œuvres marquantes de la littérature québécoise.

http://www.labolduc.qc.ca/

Crédits

Coordination Télé-Québec Capitale-Nationale : Marie-Claude Paradis, Pauline Bolduc

Scénario et réalisation : Marjorie Champagne

Montage : Mario Picard

Caméra : Philippe Gagnon-Mailloux

Crédits-Œuvres : Chansons composées et interprétées par Mary Travers, dite La Bolduc.  Les maringouins (1930) ; Ça va venir découragez-vous pas (1930); La cuisinière (1929); Les souffrances de mon accident (1939).

Avec la participation de l'artiste Webster à l’animation et des chroniqueurs Julien Carpentier-Roberge, André Kasper et Laurence Tremblay.

Signaler un abus

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

S'abonner à l'infolettre

  •  841
  •  35
  •  0

Websérie reliée

Websérie

Écoute T'Classiques

Écoute T'Classiques

En cette Année de notre chanson à Télé-Québec, la Fabrique culturelle présente la websérie Écoute T'Classiques. Qu’est-ce qui fait qu’un album ou une chanson s’imprègne dans la mémoire collective des gens et devient un classique? Webster et ses accolytes vous parlent de 4 grands classiques d'ici.

Vous aimerez aussi

Recevez notre infolettre

S'abonner