La Fabrique Culturelle

Nadia Gagné: identités et altérités multiples

À la fois québécoise et afro-descendante, l’artiste Nadia Gagné prend la parole à travers la création. À l’aide de différents supports et matériaux, elle analyse ses propres identités multiples ainsi que le sentiment d’altérité chez les personnes racisées. 

«J’ai toujours eu un rapport complexe avec mes cheveux, avoue-t-elle sans filtre. Je pensais être comme les autres petites filles de Matane, mais je sais [désormais] que mes cheveux sont un marqueur de différence.»  
 
Voulant mettre des mots sur son unicité ainsi que sur les microagressions associées à sa chevelure, elle a présenté Les rendez-vous capillaires (2021) à l'occasion d’une résidence qui s'est tenue au parc national du Bic. Sur un grand morceau de tissu représentant une étiquette d’entretien de vêtements, elle a notamment déformé des expressions populaires («100 % pure laine»; «ne pas blanchir»; etc.) grâce à la technique du feutrage à l’aiguille. Pour feutrer, l'artiste a volontairement troqué le textile contre ses propres cheveux. «Je me suis en quelque sorte autoétiquettée!» dit-elle en riant. 

En parallèle, Nadia Gagné a fait paraître le documentaire sonore J’entends les regards inouïs d’empaysement (2023). Pour l'occasion, elle a tendu le micro à des participantes de diverses cultures qui, malgré le fait qu’elles soient nées (ou qu'elles vivent) au Québec, luttent sans cesse contre les déterminants sociaux. Grâce au support audio, elle a réussi à briser un piège tenace: l’association d’images et d’attributs physiques à une nationalité donnée. 

La même année, l'artiste a présenté l’installation Exo chimères corpus au centre d’artistes Espaces F, à Matane. Par le biais d’autoportraits vidéo et photo retouchés, elle a analysé les «déformations psychiques» qui s’impriment en elle lorsqu’elle ressent le jugement d’autrui. Elle a par la même occasion déclamé ses états d’âme sous forme de performance.  

D’un projet à l’autre, Nadia Gagné cherche à tendre la main pour en attraper d’autres. «Et je me rends compte qu’en prenant cette parole-là, je me relie enfin aux autres», constate-t-elle, l’air satisfait.

 

Crédits

Télé-Québec — Bas-Saint-Laurent 

Réalisateur: Thomy Laporte 
Caméraman: Julien Leblanc  
Caméraman et monteur: William Bastille-Denis  
Technicienne de production: Elisabeth Tittley 
Coordonnatrice régionale: Sophie Roch 

 

Œuvres   

J’entends les regards inouïs d’empaysement (2023), œuvre sonore de Nadia Gagné 

Les rendez-vous capillaires (2021), de Nadia Gagné 

Exo chimères corpus (Espaces F), de Nadia Gagné 

 

Découvrez nos plus récentes capsules et le meilleur de la culture au Bas-Saint-Laurent! Abonnez-vous à notre infolettre.

 

La Fabrique culturelle est la plateforme culturelle numérique de Télé-Québec. Alimentée par les 10 bureaux régionaux, par une centaine de partenaires du milieu culturel et les membres de la communauté, elle a pour mandat de faire rayonner les arts et la culture sur l’ensemble du territoire.