La Fabrique Culturelle

Vulvette Underground : la vulve décomplexée

Hors piste: la culture insoumise

En 2013, Valérie Auclair étudiait les arts visuels à l’Université Concordia de Montréal. Dans le cadre d’un projet, elle a fait des moulages de sa propre vulve, en a reproduit plusieurs copies en papier pulpé et les a cousues ensemble pour créer un masque de performance. À sa grande surprise, son «masquavulve» a suscité du malaise chez ses camarades de classe, prouvant que la sexualité féminine était taboue. Encore beaucoup trop taboue. 

Cherchant à normaliser, désexualiser, célébrer et décomplexer la vulve, Valérie a fondé, cinq ans plus tard, le duo Vulvette Underground avec le photographe féministe Gaétan Fontaine. Elle a commencé à mouler, peindre et pailleter des vulves à partir de modèles féminins dans la vingtaine et la trentaine, alors que lui photographiait ces moulages. Puis, clandestinement, les deux acolytes — rebaptisés respectivement Vulvérie et Gaétanavulve — ont collé leurs créations en 3D sur des bâtiments, murs et poteaux électriques de Montréal pour bien déjouer la censure. Leur souhait: que tout un chacun voie la diversité des sexes féminins et fasse clairement la distinction entre vulve et vagin. 

Ne reculant devant rien, pas même la distance, le tandem a poursuivi sa mission éducative et ludique en Colombie-Britannique, aux États-Unis, à Hawaï, au Mexique… Il a aussi participé au Festivulve de Montréal, un festival réunissant conférences, ateliers et activités autour de la vulve. 

En parallèle à ces manifestations d’art urbain, Valérie a commencé à animer des ateliers Viva la vulva, durant lesquels elle discutait avec bienveillance du corps des femmes. De conversation en conversation, elle a pu déconstruire les préconceptions liées aux organes du plaisir et infirmer ce que la religion relaie depuis des lunes : la vulve serait sale, mauvaise et tentatrice. 

Aujourd’hui, Valérie et Gaétan poursuivent leurs actions de plus belle. Ils constatent une évolution des mentalités. Plusieurs femmes et hommes sont désormais capables de glisser le mot «vulve» dans une conversation sans même ressentir de la gêne.  

Les deux artistes espèrent de tout cœur que les femmes issues de toutes les diversités et de tous les âges adoptent leur philosophie «Vulvette Underground», c’est-à-dire qu’elles reprennent le plein pouvoir sur leur image, féminité et sexualité, et ce, bien en dehors des standards de beauté traditionnels. Vivement la vulve libre! 

Hors piste: la culture insoumise

La série Hors piste: la culture insoumise brosse le portrait de 12 âmes frondeuses en culture au Québec, qui ont en commun une démarche visant à changer le cours des choses, et ce, partout sur le territoire de la Belle Province.

Regardez les autres épisodes de la série ici.

https://vulvetteunderground.com/

Crédits

Télé-Québec Montréal-Laval  

Caméraman-réalisateur-monteur: Louis-Philippe Chagnon 
Caméramans: Thibaud Nicoloff et Pierre-Luc Racine 
Conseillère à la scénarisation: Myriam Leblond 
Designer graphique: Sébastien Thibault 
Coordonnatrice: Isabelle Longtin 
Technicienne en production: Annabelle Jenneau-Younès  
Cheffe de contenu: Ariane Gratton-Jacob 
Directrice de La Fabrique culturelle: Jeanne Dompierre 
Rédactrice: Édith Vallières