La Fabrique Culturelle

Âme noire

Martine Chartrand | Canada (Québec) | Animation | 2000 | 9 min 47 s

Synopsis: Âme noire est une animation qui convie le spectateur à une plongée au cœur de la culture noire, à un rapide et exaltant voyage à travers les lieux qui ont marqué l'histoire de ces peuples. Le récit que transmet une vieille dame à son petit-fils fait défiler sous nos yeux une succession de tableaux peints directement sous la caméra, accompagnant l'enfant sur les traces de ses ancêtres.

Biographie: Née à Montréal, Martine Chartrand a obtenu un baccalauréat en arts visuels à l’Université Concordia en 1986 et un certificat en enseignement des arts à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en 1988. Elle a d’abord été peintre-illustratrice, travaillant pour des sociétés de production, créant des affiches de festivals, enseignant et participant à des expositions au Canada et en Europe. Elle a commencé dans le domaine de l’animation comme coloriste et conceptrice de décors. En 1992, elle a réalisé un premier film d’animation à l’Office national du film (ONF), T.V. Tango, gagnant de plusieurs prix internationaux. En 1994, boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et du Conseil des arts du Canada, elle a entamé un stage de perfectionnement en Russie auprès d’un des maîtres de l’animation de peinture sur verre, Alexandre Petrov. Lors de ce séjour, elle a collaboré à la préparation et à la traduction du projet de court métrage Le vieil homme et la mer, qu’Alexandre Petrov a réalisé au Canada, pour les Productions Pascal Blais. De retour au Canada, Martine Chartrand a collaboré également au développement de ce film d’animation. En 2000, Martine Chartrand a réalisé, toujours à l’ONF, son deuxième film d’animation, Âme noire/Black Soul, animé directement sous la caméra en utilisant la technique de peinture sur verre. Ce film — qui retrace, en images et en musique, de larges pans de l’histoire des peuples noirs — a remporté 23 prix internationaux, dont le prestigieux Ours d’or de Berlin en 2001 et le Jutra du meilleur film d’animation en 2002. Son troisième film, MacPherson, s’inscrit dans la continuité d’Âme noire/Black Soul, tant sur le plan thématique que sur le plan technique, puisant dans l’histoire et la diversité musicale pour faire éclore une poésie métissée et évocatrice.