La Fabrique Culturelle

Papier de toilette, pince et machine à laver

L’univers énigmatique de Gabrielle Boucher

L’exposition Confondre l’ordinaire/Aire ouverte rassemble une série de sculptures, d’installations et de tableaux fabriqués à partir d’objets de notre quotidien. Miroir, balayeuse et horloges cohabitent; ils se répondent par l’absence de cloisons. Les œuvres de Gabrielle s’emparent littéralement du sol, du plafond, du plancher et des murs du centre d'artistes Vaste et Vague de Carleton-sur-Mer.

L’ensemble du travail de Gabrielle Boucher consiste à voir au-delà des fonctions et des significations des objets industriels pour en évoquer d’autres plus poétiques. Elle explore leurs limites sans pour autant renier leur essence. Par l’intermédiaire de sculptures, d’installations et de tableaux, elle fabrique des images; elle crée des figures de style, des représentations improbables de notre environnement quotidien et des scénarios imaginaires. Par des interventions minutieusement réfléchies, et en plaçant la matière et l’idée sur un pied d’égalité, elle rend manifeste certains détails de ce qui nous est accoutumé. Par les moyens les plus simples, elle désire autant amener le regardeur à rêver qu’à découvrir l’image d’une réalité. (Source: http://gabrielleboucher.ca/)

Initialement conçu pour Le Lieu, centre en art actuel de Québec, ce projet d'exposition présentait les œuvres à l’intérieur de six pièces construites sur mesure; des pièces dans lesquelles le visiteur était invité à déambuler. L’adaptation de Confondre l’ordinaire à Confondre l’ordinaire/Aire ouverte a permis à Gabrielle de faire revivre cette exposition et de nous présenter ses œuvres sous une autre perspective.

L’antre de Gabrielle Boucher vous est accessible au centre d’artistes Vaste et Vague de Carleton-sur-Mer jusqu’au 15 février 2019.

http://gabrielleboucher.ca/

Crédits

Télé-Québec Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine:

Coordination: Caroline Bujold

Réalisation, caméra et montage: Xavier Marceau

 

Crédits œuvres:

Installations diverses: Gabrielle Boucher

 

Remerciements:

Centre d’artistes Vaste et Vague

Yves Leblanc, Écocentre Joe ramasse