La Fabrique Culturelle

Paolo Almario

Prix du CALQ | Créateur de l’année 2018 au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Artiste chicoutimien originaire de Colombie, Paolo Almario a reçu le Prix du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) à titre de Créateur de l’année 2018 au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le Saguenéen d’adoption a pris racine au Québec dès 2011 alors qu’il a choisi Chicoutimi pour y poursuivre ses études. L’éloignement géographique pour son art ne l’a pas empêché d’entamer une démarche bien personnelle, en lien direct avec sa famille. C’est par le moyen de sa passion pour la technologie et de sa capacité à inventer des langages qu’il cartographie ses nouveaux territoires.

Paolo Almario

Établi à Chicoutimi depuis 2011, Paolo Almario est diplômé de la Facultad de Arquitectura y Diseño de l’Université Los Andes de Bogotá, en Colombie. En 2014, il a obtenu une maîtrise en arts de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Ses œuvres ont été exposées au Canada, en Colombie, en Italie, en Belgique et en France.

Le projet qui a fondé les bases de sa carrière artistique est –formé, une série de quatre installations automatisées, éphémères, évolutives et autodestructives conçues pour accompagner une campagne d’art-activisme visant la libération de son père (incarcéré à la suite de fausses accusations en Colombie). Les installations ont été présentées à Chicoutimi (UQAC, 2013 et 2014), à Québec (Laboratoire insertio, 2014) et à Montréal (OBORO, 2015). Elles ont attiré l’attention de la population, des médias et de l'Association canadienne pour le droit et la vérité, une ONG qui porte désormais le nom d'En Vero). Grâce à la pression internationale exercée sur la justice colombienne, son père a été libéré en décembre 2016.

Dans l’ensemble de sa pratique, Paolo Almario s’intéresse à diverses facettes des arts numériques. Il voit et utilise les ordinateurs comme l’interface du médium numérique lui permettant de moduler, d'automatiser, de codifier, de traiter et de matérialiser des échantillons numériques de la réalité sous une pluralité de formes. Son travail explore les relations s’établissant entre l’individu et l’espace architectural. Sa pratique se développe autour de la «spatialité de l’être», un concept systémique d’identité composé des espaces habités par un ou plusieurs individus.

Paolo Almario investigue aussi le caractère ubiquitaire des technologies numériques, notamment la façon dont elles modifient notre manière d’être, d’agir et de penser. Sa production comprend des strates d’unités pixellisées qui visent la rencontre image-machine ou homme-machine, en dispositifs, pour développer ainsi un discours sur les systèmes et leur numérisation. Les actions des machines qu’il produit évoquent, par des processus de construction ou déconstruction, des notions identitaires, spatiotemporelles et/ou sociopolitiques.

Outre son activité artistique, Paolo est actuellement chargé de cours au Département des arts et lettres de l’UQAC, où il enseigne les arts numériques depuis 2014.

http://paolo.almario.ca/

Crédits


Coordination: Télé-Québec Saguenay–Lac-Saint-Jean: Jocelyn Robert

Réalisation et montage: Sylvie Gravel

Caméra: Gabriel Fortin et Sylvie Gravel

Technicienne de production: Julie Pelletier

Crédit œuvres: Paolo Almario

Remerciements : Centre Bang, Natacha Gagnon, Josianne Tremblay, Pauline Jonker