La Fabrique Culturelle

L’histoire n’est qu’un mensonge…

... que Mario Doucette remet en question

Originaire de Moncton, cet artiste en arts visuels aime bien la controverse; ça le stimule. Inspirées par un mélange de ses recherches et de son interprétation personnelle, les œuvres de Mario invitent à poser un autre regard sur l’histoire des Acadiens.

Il souhaite que son travail puisse susciter des discussions, afin de remettre en question une histoire qui dépeint trop souvent le portrait d’une population ayant subi le Grand Dérangement de façon soumise et pacifique. Cet intérêt pour l’histoire remonte à 2004, lors d’un séjour de création à Brouage, en France, une escale qui l’a amené à se questionner sur les premiers contacts entre les explorateurs et les peuples aborigènes d’Amérique du Nord. Cette réflexion a d’abord donné la série Histoires et, ensuite, les séries Bagarres et Harias. Depuis, l’identité acadienne est au cœur de sa démarche artistique.

En mai dernier, Mario a reçu une belle reconnaissance du milieu culturel néo-brunswickois, soit le prix Éloize de l’artiste de l’année en arts visuels. Il travaille actuellement sur des tableaux qui évoquent le camp d’Espérance, un camp de réfugiés acadiens sur l’île Beaubears, dans la région de Miramichi.

http://www.mariodoucette.com

Crédits

Coordination: Télé-Québec Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine: Caroline Bujold; Janie Poirier

Réalisation: Estelle Marcoux

Caméra et montage: Julien Leblanc

Remerciements: Rémi Béliveau, Jean-Pierre Caissie de l’AAAPNB, Musée acadien de l’Université de Moncton

Crédits-Œuvres: Tableaux divers et archives visuelles : Mario Doucette; Tableau La dispersion des Acadiens, de Henri Beau: Musée acadien de l’Université de Moncton