La Fabrique Culturelle

Chienne(s), ou comment libérer l’anxiété

Du théâtre féministe et social

Quand docteurs et auteurs travaillent sur le même front, ça donne la pièce Chiennes(s), qui présente un théâtre féministe et social qui traite de l’anxiété chez les jeunes femmes.

L’idée de cette pièce de théâtre part d’une question troublante : pourquoi les femmes sont deux fois plus sujettes que les hommes à souffrir de dépression ou d’anxiété ?

Écrite à quatre mains par Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, la pièce s’est inspirée de recherches scientifiques et aborde ce mal complexe avec un juste équilibre d’humour et de sensibilité. Elles ont d’ailleurs travaillé près de cinq ans à faire cette œuvre, et comme nous l’explique l’auteure et metteure en scène Marie-Ève Milot, le temps et la patience sont nécessaires face à une personne en détresse. Et avec l’apport de Catherine Raymond, étudiante au Doctorat en Sciences neurologiques, elles nous font vivre cette expérience, cette peur qui paralyse dans notre société de performance.

RÉSUMÉ La Trentenaire a la chienne. En termes élégants, elle souffre d’anxiété. Elle est brillante, drôle, cultivée et capable, mais sa vie se fissure à haute vitesse. Elle a la chienne, mais elle ne sait pas pourquoi. Et surtout, elle ne sait pas si elle en a le droit. Elle se concentre sur sa respiration, brasse les ombres, cherche la lumière. Elle semble immobile, et pourtant elle avance, révélant l’ampleur de sa résistance face au monde. (Source : Théâtre d’Aujourd’hui)

Chienne (s) est présentée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui de Montréal jusqu’au 7 avril 2018.

https://theatredaujourdhui.qc.ca/

Crédits

Coordination : Bastien Gagnon-Lafrance

Réalisation et montage : Jérôme Scaglia

Caméra : Jean-François Grenier et Jérôme Scaglia

Crédits-Œuvres : CHIENNE (S) Une création du Théâtre de l’Affamée

Texte et mise en scène Marie-Ève Milot ; Texte et interprétation Marie-Claude St-Laurent ; Interprétation Alexandre Bergeron, Louise Cardinal, Larissa Corriveau, Nathalie Doummar, Richard Fréchette.