La Fabrique Culturelle

Les dimensions de l’art

Yves Tremblay

Yves Tremblay fait de l’art depuis qu’il l’a découvert dans les livres de la bibliothèque de son école à l’âge de 14 ans. Plusieurs décennies plus tard, l’artiste se voue toujours et complètement à sa pratique, alors qu’il occupe son atelier sept jours sur sept.

Dès le début de sa carrière, le Chicoutimien affirme ne pas s’être intéressé à l’objet, mais plutôt à sa relation à lui. Architecte dans l’âme, dessinateur, philosophe, poète, l’artiste est passé du compas au numérique en maîtrisant au fil du temps, une série de logiciels 3D qui précède son travail en atelier réalisé désormais grâce à une fraiseuse numérique ou une imprimante qui travaillent en trois dimensions.

Avec elles, il crée par couches successives, depuis son écran d’ordinateur. Yves Tremblay est un artiste senior, après des années et des milliers d’heures de recherche et de production, il avoue bien candidement qu’il a besoin de l’art, pour vivre. Quant à savoir si l’art a besoin d’Yves Tremblay? Sans aucun doute, alors que sans lui, il manquerait toute une dimension à l’art.

Biographie de l’artiste

« Ma carrière artistique débute en 1981 à Chicoutimi après des études universitaires à l’UQAC. Au cours de mes premières recherches professionnelles en création, j’ai élaboré un système d’écriture dans l’espace me permettant de déborder du paradigme de l’objet circonscrit comme unité sculpturale; entité autonome et monolithique que j’ai nommée installation. Simultanément avec des confrères artistes, j’ai créé le collectif « Insertion » avec lequel j’ai produit pendant une dizaine d’années des interventions artistiques de nature expérimentale en parallèle de mes réalisations personnelles. Accompagnant ces successions d’interventions de rues et d’expérimentations artistiques en terrain réel, j’ai réalisé, au cours des années 80, des séries d’installations éphémères et in situ dont il ne subsiste en général que la mémoire photographique. Jusqu’à récemment j’ai diffusé une quarantaine d’expositions dans la région du Saguenay, dans la province et à l’extérieur du pays. J’ai aussi réalisé quelques œuvres publiques d’intégration à l’architecture et dans des symposiums. Le passage au numérique actualise l’écriture spatiale développée en installation pendant les décennies antérieures ainsi que les enjeux socio-environnementaux qui s’y rattachent. » – Yves Tremblay

Crédits

Coordination Télé-Québec Saguenay–Lac-Saint-Jean : Jocelyn Robert

Réalisation, caméra et montage : Sylvie Gravel

Assistance à la réalisation : Julie Pelletier


Crédit-œuvres : Yves Tremblay

Remerciements : Centre Bang