La Fabrique Culturelle

La Fabrique culturelle

Billet

Stéréo #LaFab: trois albums pour savourer l’automne

24 octobre 2017

Trois disques chouchous, trois créations musicales qui nous ont réjouis, bouleversés et émus.

Félix Dyotte

Que c’est joli, que c’est réjouissant, cet album! Un soleil qui réchauffe une fin de journée d’octobre, alors qu’on rêve chalet et farniente. Une pop lustrée et brillante comme un joyau, une finesse dans les arrangements, une écriture colorée, des vers d’oreille comme il s’en fait peu. On fredonne assurément sur Je cours, cette jolie création interprétée avec la délicieuse Évelyne Brochu, ainsi que sur toutes ces pièces bonbons dont on se gave sans faire de pause. Pire: on en veut encore plus! Dépêchez-vous de vous procurer ce lumineux disque qui vous fera passer un excellent moment.

Pierre Lapointe

Disque magistral, disque-fleuve, disque-film: Pierre Lapointe et son génie musical réussissent une fois de plus à nous jeter par terre avec ces 11 pièces qu’un certain Michel Legrand aurait pu écrire et composer jadis. Empreint d’une gravité indéniable, de constats assez peu joyeux, mais bien réalistes, Lapointe nous parle d’amour, de sexe, d’une société qui va plutôt mal (Qu’il est honteux d’être humain), ce qui nous laisse constamment le cœur gros, à la fois par tant de tristesse, mais également par ce fruit musical d’une beauté saisissante. Si Sais-tu vraiment qui tu es? nous fait doucement balancer des hanches, Comme un soleil nous émeut grandement. Et le disque complet laisse pantois, sidéré par ce bijou complexe et si bien ficelé. Du bonheur pur.

Dans cette vidéo, Pierre Lapointe nous offre une classe de maître dans laquelle il décortique la pièce Nos joies répétitives:

Dear Criminals

Ils ne sont pas beaucoup plus joyeux que Pierre Lapointe dans leurs constats sur la vie ces Dear Criminals! C’est que leur album, Fatale (on vous l’avait dit: pas jojo!), raconte l’histoire de survivants de l’apocalypse, clin d’oeil à notre société actuelle où on a parfois l’impression que, que tout va mal. C’est lourd, saturé, mais à quelque part flottant, comme si on était là, au-dessus de la mêlée, en observateur sde cette prise de conscience peu rassurante. Pas de pause, qu’une longue tirade musicale où s’entremêlent les voix suaves et les effets sonores inquiétants capturés par ces trois talentueuses têtes qui, depuis leurs débuts, nous font vivre les plus belles émotions. Un album concept qui nous prouve une fois de plus que les Dear Criminals, on a bien raison de les aimer autant!

On a fait une super #SessionLaFab avec eux sur le toit de Télé-Québec, lors de l’illumination du pont Jacques-Cartier:

Et vous, votre découverte musicale récente, c’est quoi?

Recevez notre infolettre

S'abonner