La Fabrique Culturelle

La Fabrique culturelle

Billet

Lectures #LaFab: cinq livres qui vous brassent l’intérieur

31 octobre 2017

Chaque mois, #LaFab vous offre sa sélection littéraire. Des livres coups de coeur ou coups de poings qui vous feront passer d’excellents moments et, surtout, vous marqueront pour longtemps…

Le jeu de la musique – Stéfanie Clermont

Le Quartanier

Ce livre fait beaucoup jaser, et avec raison: l’écriture de cette inconnue du monde littéraire québécois (mais plus pour très longtemps!) est d’une qualité exceptionnelle. On se demande vraiment d’où elle sort, avec cette maîtrise parfaite des mots, ces personnages si habilement créés et son sens du récit prenant. Une auteure à découvrir sans faute, sous peine de rater LA sensation littéraire de l’automne.

La poudre au yeux – Joseph Elfassi

Éditions Stanké

Dans un Montréal miné par les tensions sociales et le racisme, deux jeunes journalistes un peu paumés se retrouvent du jour au lendemain à la tête d’une fortune considérable, gracieuseté d’un mystérieux bienfaiteur, qui ne leur donne qu’une consigne : créer du contenu médiatique.  À l’ère des fake news et de la pression de la viralité à tout prix, dire que le deuxième roman de Joseph Elfassi pose un regard sans complaisance sur le monde des médias relèverait de l’euphémisme. Le portrait qu’il en dresse, exposant ses travers et ses vices sous une lumière crue, quitte à les grossir jusqu’à l’absurde, est d’une laideur à donner la nausée. C’est la dictature du like et l’importance exacerbée des apparences, la consommation de l’humain comme une marchandise, le sexe et les drogues, mais sans rock n’roll, seulement de la vanité. Elfassi a le sens du rythme et du récit enlevant, son roman se lit comme un thriller, véritable page-turner, même si l’élément de suspense (qui est donc ce mystérieux commanditaire?) demeure plutôt au second plan, cédant le pas à la satire sociale.

(Sainte-Famille) – Mathieu Blais

Éditions Leméac

Les personnages que Mathieu Blais met en scène dans ce roman choral sont de ceux sur qui le projecteur ne se braque pas souvent. Une famille dysfonctionnelle, le père, la mère, le fils. Le premier est un homme en colère, un loser sans charme qui, incapable de garder un emploi, se réfugie dans l’alcool et bat sa femme comme plâtre pour oublier ses propres échecs. Elle, l’épouse, droguée aux anxiolytiques, courbe l’échine, docile. Quand elle parvient à fuir, ce n’est que pour mieux tomber dans un nouveau piège. Avec de tels géniteurs, le destin de l’adolescent de la famille ne peut être que bien sombre… Sombre, c’est d’ailleurs tout le livre qui l’est, déprimant et fascinant tout à la fois, donnant souvent au lecteur l’étrange impression de se poser en voyeur, d’assister à un drame intime qui n’a pas sa place au grand jour. De quoi faire réfléchir aux tragédies qui se jouent derrière les portes closes et les rideaux opaques des foyers.

Manikanetish – Naomi Fontaine

Éditions Mémoire d’Encrier

Naomi Fontaine revient avec le même aplomb que son premier roman, Kuessipan, nous avait fait découvrir. Cette fois, c’est le quotidien de l’école secondaire Manikanetish où elle a enseigné, dans la communauté innue de Uashat, qu’elle décrit.  Elle observe et participe, se confie ou se confesse avec une sincérité lumineuse, une force tranquille. Son écriture est légère, presque pure. Elle traduit une réalité dure, sans fard. En fait, son écriture est si naturelle que ses yeux sont les nôtres, instantanément. Manikanetish nous fait vivre un choc culturel en même temps que l’auteure, puis pulvérise tranquillement, mais sûrement les préjugés qui oblitèrent les perceptions de la vie sur la réserve. C’est un hommage à ses courageuses et courageux élèves que rend ici l’auteure, avec puissance.

L’année noire 2: les certitudes – Jean-Simon Desrochers

Éditions Les Herbes Rouges

Si vous aimez Jean-Simon Desrochers ou si vous souhaitez découvrir un auteur à la plume dérangeante, qui secoue, on vous recommande la suite de L’Année noire T.1 : Les inquiétudes, intitulée Les certitudes. L’auteur nous ramène dans ce quartier ouvrier de Montréal, où la tristesse et le désespoir se chicanent les restes de ces pauvres gens qui y vivotent toujours, cassés par les événements tragiques et absurdes qui s’abattent sur eux. Une oeuvre importante qui n’a rien de rassurant, mais qui prouve qu’on a vraiment beaucoup de plumes talentueuses au Québec

On vous avait déjà suggéré le Tome 1 dans notre Club de lecture.

 

Recevez notre infolettre

S'abonner