La Fabrique Culturelle

La Fabrique culturelle

Billet

Lectures #LaFab: 5 livres en août

28 août 2017

L’été a définitivement passé trop vite, surtout en si bonne compagnie littéraire. Voici quelques titres qui ont occupé nos trop courtes journées estivales.

Nous sommes bien, seules – Julie Bosman

Éditions Leméac

noussommesbienseules

Dans une toute petite plaquette qui fait à peine cent pages, Julie Bosman donne la parole à une quinzaine de femmes qui, pour des raisons très variées et, surtout, très personnelles, sont célibataires. Par choix, par dépit, par fatalité ou par besoin, elles vivent sans homme, sans femme et sans enfant pour certaines, bref, comme le dit si bien l’auteure, elles sont «seules de coeur et de corps depuis plusieurs années». Sous la forme de très courtes nouvelles, elle nous dépeint l’univers de ces dames qui se racontent; tantôt avec tristesse, tantôt avec résilience, parfois avec assurance ou même colère. Parce que le célibat, tout comme le couple, est un sujet complexe et rempli de nuances. Exercice intéressant, ce petit recueil nous fait réfléchir sur ce que cela signifie, pour une femme, d’être seule, tant au niveau sentimental que sexuel. Jugées, questionnées, remises en doute, plaintes, mais rarement appuyées dans ce célibat vu comme problématique aux yeux de la société, elles se créent des carapaces plus ou moins solides et, l’espace de quelques écrits, les ouvrent pour évacuer le trop-plein ou, simplement, dévoiler les raisons de cet état, qu’il soit voulu ou subi. Une petite plaquette intrigante qui mérite attention.

Borealium Tremens – Mathieu Villeneuve

La Peuplade

borealiumtremens

La maison d’édition a fait beaucoup de bruit autour de ce livre qui, supposément, «réinvente le roman de terroir». Mais qu’il le réinvente ou non importe peu : vous avez là un excellent livre. L’auteur nous transporte au Lac-Saint-Jean où David Gagnon, un jeune homme troublé, est poussé par l’envie du retour à la terre pour y rebâtir la maison familiale qui a passé au feu et le besoin pressant de terminer son roman. Mais, au village de Saint-Christophe-de-la-traverse, on connaît bien l’histoire familiale du jeune homme, une lignée où la folie guette et ne se cache jamais très loin. Et la maison est en lambeaux: impossible de reconstruire sur de telles ruines. Mais David est décidé, voire buté: il va la remettre sur pied. C’est sans compter sur l’alcool, les voix dans sa tête et les hallucinations qui prennent doucement toute la place et le laissent, la plupart du temps, dans des moments de black-out où il se souvient vaguement de ce qui s’est passé. Comme premier roman, Mathieu Villeneuve nous offre une magistrale fable sur la solitude, la folie et le poids de nos origines. À lire dès que possible!

Amqui – Éric Forbes

Héliotrope

amqui

Roman noir, roman de vengeance: ce bouquin contient beaucoup d’hémoglobine et peu de regrets. Malgré tout, le personnage principal, Étienne Chénier, n’est pas un mercenaire sanguinaire, mais plutôt un ancien libraire tout droit sorti de prison pour un meurtre commis quatre ans plus tôt. Quelques minutes seulement après avoir été relâché, voilà qu’il s’en prend à un chauffeur de taxi et débute pour lui un long chemin vers la réparation des torts qu’il a subis. Ce qu’on apprendra par bribes à travers le récit. Violence, règlements de compte et colère sont au rendez-vous dans ce livre qui ne renouvelle pas le genre, mais qui sait nous captiver du début à la fin. On aurait pris une finale aussi forte que la vengeance qui anime Étienne Chénier, mais on passe tout de même un très bon moment de lecture.

Tout doit partir – Johanne Fournier

Leméac

toutdoitpartir

Si court, mais pourtant si dense. Dans cette minuscule plaquette, on raconte la mort d’un père, les souvenirs qui affluent, les choses dont on doit se départir. Tout doit partir. Les objets, les gens, les saisons; c’est ainsi. Tout finit toujours par disparaître. Et pour le dire, la sublime plume de Johanne Fournier, imagée et rassurante. Il y a tant de perles dans ce livre, qu’on aurait envie de tout souligner. C’est d’une beauté prenante, mais de ces beautés naturelles, sans fard, qui viennent du coeur. Une écrivaine qui ne se regarde pas écrire comme tant le font, mais qui, plutôt, regarde autour d’elle la vie qui suit son cours pour s’en imprégner et la rendre, avec vérité et transparence.

Trois princesses – Guillaume Corbeil

Le Quartanier

troisprincesses

L’idée de revisiter les contes a été vue et revue des centaines, voire des milliers de fois. Malgré tout,  l’auteur de théâtre Guillaume Corbeil s’est lancé dans l’aventure en revisitant l’histoire de trois princesses – le titre le dit – et en les remaniant à sa façon. Blanche-Neige, Cendrillon et la Belle au bois dormant voient donc leurs aventures devenir doucementtrash et légèrement plus caustiques. Accompagnés des illustrations très sobres de Marc Larivière, ces contes revivent avec humour sous la plume de Corbeil et l’exercice, même s’il ne nous jette pas à terre, est sympathique et nous arrache souvent un sourire.

Et vous, quelles lectures vous ont happé récemment? 

Recevez notre infolettre

S'abonner