La Fabrique Culturelle

S'impliquer dans la communauté

Dans ce premier épisode de Laval en trois temps, on parle de communautés : les diverses communautés culturelles qu'on voit trop peu dans le paysage médiatique de la région, la communauté qui est une source d'inspiration et de soutien pour une jeune artiste, et la communauté dans laquelle on s'engage pour améliorer son milieu de vie. On parle aussi du festival Mosaïque organisé par la Centrale des artistes, qui souhaite mettre de l'avant les artistes issus de la diversité. Trois artistes et actrices culturelles de la région interviennent.

Malorie Sarr-Guichaoua est directrice générale du centre SCAMA (Centre de services communautaires et d'aide au maintien à domicile des aînés) et préside le Comité consultatif sur les Relations interculturelles à Laval. Grâce à son expertise sur les questions entourant la diversité, la Centrale des artistes l’a invitée à siéger à son comité d’experts. Celui-ci oriente le festival Mosaïque pour qu'il contribue au développement et au rayonnement d’artistes aux origines diverses. Mosaïque est un nouveau festival interdisciplinaire qui se tiendra pour la première fois cet été.
Dans l’épisode, Malorie aborde la question de la visibilité des artistes issus de la diversité à Laval et évoque, avec le festival Mosaïque, l’opportunité de tisser des liens entre les communautés. 

Lynette Israilian est une jeune violoniste d’origine arménienne. Elle est diplômée du Conservatoire de musique de Montréal depuis 2020 et elle a reçu tout au long de ses études de nombreuses bourses d’excellence pour ses aptitudes musicales.  
Dans le podcast, elle partage son amour de la musique arménienne, qui est pour elle une grande source d’inspiration. Elle met aussi de l’avant l’impact qu’a pu avoir le soutien de sa communauté dans l’avancement de sa carrière artistique. 

Lisa Sfriso scénarise, réalise et produit des films engagés depuis près de vingt ans. Ses sujets de prédilections sont la lutte à la pauvreté, l’analphabétisme, l’égalité hommes-femmes, la justice sociale et l’engagement citoyen.  
Dans le balado, elle présente son film en création, La théorie des petits pas. Ce documentaire évoque les grands changements que peuvent engendrer les petites actions, et souligne l’importance des lieux de rencontre et de la médiation culturelle. Lisa met aussi en pratique ces idées dans son quartier, avec l’organisation des Projections citoyennes de Pont-Viau. Les soirées gratuites sont toujours suivies de discussion avec les habitants du quartier, et permettent de créer du lien au sein de la communauté.