La Fabrique Culturelle

Le festival Québec en toutes lettres… en six livres

Les suggestions littéraires de la Maison de la littérature

À l’occasion du 13e festival Québec en toutes lettres, qui se déroule du 13 au 23 octobre, la Maison de la littérature et La Fabrique culturelle vous proposent six livres incontournables en guise de tour de piste de cet événement hautement littéraire. Poésie, roman, nouvelles: il y en a pour tous les goûts. De plus, si vous vous trouvez sur place, ne manquez pas la chance d’aller écouter ces auteurs et autrices à l’occasion des événements organisés dans la Vieille Capitale.  

Les suggestions de la Maison de la littérature
par Alix Paré-Vallerand, poète et employée de la Maison de la littérature

Sainte Chloé de l’amour, de Chloé Savoie-Bernard
(L’Hexagone)

«c’est l’histoire terminée de ma peau / qui cherche une nouvelle vie» (p.  78). Dans le recueil Sainte Chloé de l’amour, de Chloé Savoie-Bernard, il est question du racisme, de se battre pour sa place en littérature en tant que femme racisée au Québec. Dans un champ lexical explorant l’imaginaire catholique, la poète se fait sainte: «je me sais en mesure de respecter certaines règles / j’attends qu’on me confirme / la procédure pour la canonisation» (p.  47). Un incontournable. Chloé Savoie-Bernard: retenez son nom.

Chloé Savoie-Bernard sera du spectacle Fenêtre sur Haïti le 13 octobre, à 20 h, à l’Impérial Bell.  

 

Querelle de Roberval, de Kevin Lambert
(Héliotrope)

«La réputation de Querelle est piquée par les vers de la fascination perverse des gens de Roberval et des environs, elle pourrit au gros soleil de juin comme la plus belle des charognes sur le bord de la 169» (p. 164). Qui est ce mystérieux Querelle, objet de désir de toute une ville? Querelle de Roberval — une fiction syndicale, comme l’indique son sous-titre — nous entraîne dans un conflit qui durera des mois. On y suit Querelle, jeune gai de Montréal embauché dans une scierie du Lac-Saint-Jean. Dans une prose débordante, Kevin Lambert explore le refoulé, l’homophobie de sa région natale. Un livre jouissif à la finale pétaradante. 

Kevin Lambert sera panéliste à l’occasion de la table ronde Rencontres et métissages littéraires: ouverture vers tous les possibles, le 22 octobre, à 13 h, à la Maison de la littérature.  

 

Les suggestions de La Fabrique culturelle

Éveil à Kitchike: la saignée des possibles, de Louis-Karl Picard-Sioui
(Éditions Hannenorak)

Ce roman par nouvelles s’ouvre sur des funérailles où le défunt est absent. Déjà, le ton est donné. Louis-Karl Picard-Sioui, qui est aussi poète, explorait déjà le territoire de Kitchike, cette communauté autochtone hors du commun, dans son premier recueil de nouvelles. On y reconnaît sa plume vivante, ses mises en situation éclatées et son ton souvent touchant, parfois grinçant.  

Louis-Karl Picard-Sioui sera en entretien avec Vanessa Bell le mardi 18 octobre 2022, à 17 h, à la Maison de la littérature. 

 

Le bleu des garçons, d’Éric LeBlanc
(Hamac)

De courtes fictions habitées par toutes sortes de garçons: c’est ce que nous offre Éric LeBlanc avec ce recueil d’une grande beauté à la structure audacieuse. Chaque texte expose un moment volé du quotidien et aborde les tabous encore présents liés au désir au masculin dans un style qui flirte souvent avec la poésie et le théâtre.  

Il sera possible de voir Éric LeBlanc sur scène à l’occasion d’Accents Queers — Cabaret littéraire LGBTQ+ le 22 octobre, à 20 h, au Musée de la civilisation de Québec.  

Pour réussir un poulet — Paul Bordeleau, d’après l’œuvre de Fabien Cloutier
(La Pastèque)


La pièce de théâtre Pour réussir un poulet, de Fabien Cloutier (Prix du Gouverneur général en 2015), n’a plus besoin de présentation. Dans cette adaptation libre de Paul Bordeleau, on découvre l’histoire sous un nouveau jour en renouant avec les personnages de Carl et Steven, toujours à la recherche du marché du siècle. Le coup de crayon assuré du bédéiste de Québec et les teintes bleutées de cette BD accompagnent merveilleusement ce récit un peu glauque.

Il sera possible d’entendre Paul Bordeleau parler de son expérience de l’adaptation durant la rencontre L’adaptation d’œuvres littéraires en bande dessinée, le 23 octobre, à 11 h, à la Maison de la littérature.

Les marins ne savent pas nager, de Dominique Scali
(La Peuplade)

Dominique Scali avait surpris le paysage littéraire québécois en 2015 avec À la recherche de New Babylon, un western réinventé. Elle s’attaque cette fois-ci à un autre genre mythique: le roman d’aventure maritime. Scali excelle une fois de plus dans la construction d’un univers à la fois épique et poétique porté par Danaé Poussin, une orpheline qui possède le don de nager.  

Dominique Scali fera escale à la Librairie La Liberté le 23 octobre, de 13 h 30 à 15 h 30, pour parler du processus de création de ses romans.  

Rédaction: Elizabeth Lord