La Fabrique Culturelle

Musique: 5 artistes autochtones à découvrir

Les coups de cœur de Musique nomade

La scène musicale autochtone bouillonne, et ce, dans des styles musicaux des plus variés. Pour attirer notre attention sur les artistes émergents à ne pas manquer, une experte en la matière a accepté de concocter quelques suggestions d’écoute: Joëlle Robillard, directrice générale de Musique nomade. Cet organisme à but non lucratif se consacre à l’épanouissement et la reconnaissance des talents et des identités autochtones en musique depuis plusieurs années.

Joëlle nous invite d’abord sur l’excellente plateforme Nikamowin — entièrement vouée aux artistes autochtones canadiens — pour l’écoute du palmarès 2021, qui rassemble les succès les plus populaires de la dernière année.

Pour faire entendre la pluralité des langues qui résonnent d’un océan à l’autre, Musique nomade a également compilé une liste d’écoute à l’occasion de la Décennie internationale des langues autochtones.

Voilà déjà deux listes à faire jouer en boucle!

Comme son amour de la musique autochtone ne s’arrête pas aux artistes qu’elle représente avec Musique nomade, voici sa courte sélection d’artistes indépendants et émergents.

Willows

(indie folk)

«Willows sortira un nouvel album bientôt et dans ses démarches de création, il y avait entre autres la réappropriation de la langue métchif. J’ai eu un mégacoup de cœur après avoir entendu ses nouvelles chansons lors du spectacle Nikamotan MTL. Étant donné toute la complexité qu’il y a autour de la question de la nation métisse au Québec, je trouve important de mettre cette voix de l’avant. Sa musique est empreinte d’histoire et de beauté. Je vous suggère d’ailleurs de découvrir sa collaboration avec Soleil Launière, autre artiste à surveiller (premier album prévu en 2023).»

DJ PØPTRT

(techno et électro)

«Kiana Cross est une DJ et artiste visuelle de Kahnawá:ke. J’adore comment elle évolue, en faisant les choses à la manière do it yourself [fais-le toi-même]. Elle s’assume, elle fonce, elle assure sa présence sur les réseaux de façon constante et décomplexée. Coup de cœur pour cette personne et artiste à surveiller pour les amateurs de techno et d’électro.»

Raymond Sewell

(folk, alternatif)

«C’est un artiste multidisciplinaire avec lequel on a le plaisir de collaborer depuis 2017, une des personnes les plus intrigantes que je connaisse: poète, slameur, enseignant, chanteur traditionnel… On est tombés sur un entretien qu’il a fait avec Noam Chomsky en 2020, le genre d’affaires qui ne peut arriver qu’avec Ray. Un premier microalbum autoproduit chez lui en confinement est paru l’année dernière et dévoile une grande voix folk!»

Violent Ground

(hip-hop)

«Le fameux duo des frères naskapis Nabinacaboo. Ces deux-là sont autoproduits et ont fait leur chemin de façon indépendante depuis plusieurs années, s’outillant d’un studio maison et travaillant leur branding [image de marque]. Ce sont de véritables vedettes dans leur communauté, Kawawachikamach, et ce sont d’impressionnants performeurs sur scène. Je sais qu’ils préparent la sortie d’un nouvel album. Ils ont aussi sorti différentes collaborations dernièrement, dont une chanson avec Q052 et cette collaboration avec Matiu. Un duo à surveiller.»

Kanen

(grunge, rock alternatif et indie folk)

«Ce sera l’exception à ma sélection… Je ne peux pas passer sous silence Kanen, car je viens d’entendre le mix de son premier album et je suis hooked [accro]! Évidemment, comme nouvelle Révélation Radio-Canada 2022-2023, Kanen va sortir son premier album début 2023, et je garantis des frissons. L’album présente Kanen dans toute sa complexité, son énergie punk marquée d’une grande poésie. D’ailleurs, un premier extrait est prévu pour le 27 septembre 2022: un duo avec Louis-Jean Cormier. Je ne suis pas capable d’écouter cette chanson sans pleurer.»

 

Crédit photo de couverture: Musique nomade