La Fabrique Culturelle

À peu de choses près

David Goudreault

Ce texte, tiré du numéro 115 de la revue Le Sabord, est présenté en collaboration avec la Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP).

Un texte de David Goudreault

Les vitrines assoiffées de briques
L’exécution des publics cibles
Et mes bonnes intentions
Pigeons de proie
Aux déflagrations des corps

Le samedi 27 février 2021
Un peu avant midi
Au Centre d’achat Les Rivières
Thaïzone, modules pour enfants, McDo
AK-47 custom et cocktails Molotov
Ai-je votre attention?

Boom tchika boom
Fucker votre danse en ligne
Boom bam

Fermer les yeux
Pour observer
Une minute de silence

Dans chaque racoin de ma chambre mortuaire, on crève d’envie, on crève pour rien. Être reconnu, même pas célèbre, juste apparaître. Chaque version de moi-même se fêle d’exister, s’étiole des écrans, fantasmes et fenêtres cadenassés. Ma cousine voyage sépia, mes voisins campent dans une forêt noire et blanche, les amis que je n’ai jamais eus vont voir un spectacle exceptionnel qui ne m’intéresse pas. Je ne sors plus et n’entre nulle part. En exécuter quelques-uns pour attirer le regard de tous les autres. Les autres, ce n’est pas moi. Battre un record. M’extraire des statistiques sclérosées par un nombre absolu. Boom tchika boom. Être spécial.

qwertyuiop
Bien alignés, inutiles
Comme les touches d’un clavier
Une campagne de prévention
Les dents d’un cadavre
Se remettre en ordre passe par le chaos

Les écoterroristes d’aujourd’hui
Des Jésus de demain
Si demain

Go Greta go Greta go
La démocratie de masse
Sauver le monde
Allah Akbar
La liberté
Une cause

Être politique m’aguiche. La noblesse du plus grand nombre, de la Nation et tralala. Je suis né quelque part, cela devrait suffire. Au terroir des peuples à genoux dans leur merde, on est quelque chose comme une grande pleureuse. Il nous faudra bien, un jour, ravaler nos larmes et cracher le sang. Les artificiers ont le sommeil léger, la mémoire longue; qui célèbre le dépucelage des jeunesses hitlériennes par les membres émérites de la résistance? Qui osera incendier une vierge ontarienne à l’autel des sacrifices felquistes? La question se pose. Les bombes artisanales aussi. Big bang big time. Je n’ai plus de télé, mais je rêve de documentaires.

Les fleurs en pot
La poésie en recueil
Et l’amour en couple
En tout et partout
Il faut nous contenir
Mais

Un désert, Dieu, l’hiver
De grandes anfractuosités
Se ressentir et se sentir vivre
Libre comme l’air d’une prison
Une colombe flambée en vol
En cendres, en lambeaux, enfin
Le souffle coupé, on respire mieux

Des quiscales nichent dans mes yeux
Abattre des inconnus
Une expérience humaine

J’ai séquestré mes désirs dans le troisième sous-sol de la conscience. Mes mains ne se tendent plus. Je ne m’accroche à rien, et rien ne me rattrape, ne m’arrête. La chute devient cause, pays, ou mieux. Dieu est grand et s’escalade sans filet. J’ai trouvé un tutoriel, le livre unique, des mèches et des poches d’engrais. Se soudent les shrapnels de mes errances, se taisent les doutes. On m’enveloppe de convictions ferraillées. Tout se tient, je me redresse. Vous éblouir passe par les flammes; je vous purifierai à mort, mes absents.

Anonyme, tu opéreras
La radicalisation de mon indifférence
Par la bouche

Et l’une dans l’autre l’un
Nous entrerons en nous-mêmes
Comme on entre en religion

Tu seras ordinaire
Je serai brutalement apaisé
Nous suivrons un chien ou la mode
Mangerons et voterons mal
Prévisibles et calmes
Des geais domestiqués

Tu ne le sauras jamais
Tu auras sauvé des vies
Tel que vu à la télé
Mon amour

La liberté est un mot d’ordre, et les grands amours nous lestent. La médiocrité bancale sauvera le monde; la célébration de l’ennui prémunira des massacres. Se contenter de peu, de soi. Ne plus rien embrasser des mensonges essentiels demeure l’ultime et dernière possibilité de révolte. Le samedi 27 février 2021, au Centre d’achat Les Rivières, des gens communs achèteront des objets satisfaisants en toute sécurité. Je serai des leurs. Je ne veux plus être personne, et moi non plus; les décapités font peu de cas de leurs couronnes.

Vous avez aimé ce que vous avez lu? Ce texte est tiré du numéro 115 de la revue Le Sabord.

Couverture de la revue Sabord
Crédit: Dominique Mousseau, designer graphique