La Fabrique Culturelle

30 ans de Nuits d’Afrique | Rencontre avec Lamine Touré

Avec l’un des premiers griots de la nuit montréalaise, Lamine Touré, nous avons fait un petit retour sur la construction de la scène Afro-Caribéenne à Montréal. Une façon de faire un clin d’oeil à celui qui avait été fait chevalier de l’Ordre national du Québec en 2013.

J’avais rendez-vous avec le baobab de nuit, Lamine Touré à l’endroit où est né le festival Nuits d’Afrique il y a trente ans, Le Balattou. Un club mythique qui fut à une époque, le repère de la scène world montréalaise. On peut trouver le lieu aujourd’hui un brin décati, mais demeure que les murs de cet ancien bar d’effeuilleuses suintent l’histoire que son portier fidèle raconte encore aujourd’hui avec un plaisir évident.

Lamine Touré en 1987, Archives Nuits D'Afrique
Lamine Touré en 1987 ©Archives Nuits D’Afrique

Ouvert en 1986 afin de laisser place à la créativité des musiciens de tous horizons, le Balattou (qui signifie bal pour tous) a créé un précédent à Montréal. Après avoir opéré une usine de jeans, un autre bar-restaurant: le café créole, petit Touré a décidé d’ouvrir une discothèque et un festival où la musique serait reine.

« Ce festival et ce lieu représentent une famille et c’est, peut-être la plus grande valeur de Nuits d’Afrique nous explique, Touré. Les gens se déplacent en famille à Nuits d’Afrique et viennent en solo au Balattou. Je peux même vous dire que j’ai vu des couples se former dans ma boîte de nuit et des familles germer dans le festival! »

À l’époque, Montréal n’est pas encore le creuset culturel qu’elle est aujourd’hui et la diaspora africaine, caribéenne et latino à ses lieux de rencontre, mais pas vraiment de quartier général. Nuits d’Afrique a posé les fondations d’un évènement rassembleur. Aujourd’hui, c’est le plus grand festival de musiques africaines et caribéennes en Amérique.

ambiance (2)
L’ambiance au Balattou en 1987 © Archives Nuits D’Afrique

« Je me souviens de Yaya Diallo, un des premiers musiciens à avoir amené le tam-tam à Montréal et en avoir démocratisé la pratique. Quand il se promenait sur la rue St-Laurent avec ses tambours, les gens imitaient le son du gorille (rires!). Je crois que ce n’est qu’une question d’éducation. Si les gens comprennent un peu mieux aujourd’hui les cultures et les musiques de tous les pays qui ont été représentés à Nuits d’Afrique, c’est en partie mission accomplie. »

Fêter ses trente ans

Pour souligner ses trente ans, Nuits d’Afrique compte sur un évènement qui alliera le passé avec le présent avec la grande soirée Manu Dibango rencontre la relève, un fidèle du festival. Le Zinedine Zidane du raï, Rachid Taha viendra fêter le festival et l’essor de cette musique populaire Algérienne. Daby Touré sera en formule intimiste au Balattou, les papis haïtiens de Tabou Combo et les papis cubains de Orchestra Aragon attireront les foules d’anciens. Inna Modja et Vaudou Game tenteront quant à eux de dégriser le public parfois âgé de Nuits d’Afrique. Retenons également le passage de DJ Beto, l’un des plus notables collectionneurs et défricheurs de sons latins pour le label anglais Soundway. Une soirée sous les auspices du duo Canicule Tropicale (Philippe Noël et Clément Jehan).

Avec ses trente ans d’histoire, le festival international des Nuits d’Afrique demeure un incontournable de la saison des festivals. Un évènement créé par le portier nocturne du Balattou, celui qui fume les mêmes cigarettes qu’Ali Farka Touré, Lamine Touré.  Quand vous le croiserez, demandez lui et en même temps allez donc boire un verre au comptoir, peut-être que vous y croiserez le fantôme de Papa Wemba.

Pour connaître l’ensemble de la programmation de cette année : http://www.festivalnuitsdafrique.com/

Souvenirs de la première édition

Si le Festival international Nuits d’Afrique se déploie aujourd’hui sur tout le parterre du Quartier des spectacles avec ses centaines de spectacles gratuits et ses dizaines de milliers de visiteurs, il n’en a pas toujours été ainsi. En 1987, tous les spectacles étaient présentés au Club Balattou. Voyez en images, quelques têtes d’affiche de l’époque.

AFFICHE1987
Première affiche du festival en 1987 © Archives Nuits D’Afrique
dixieband
Spectacle du Dixie Band au Balattou en 1987 © Archives Nuits D’Afrique
bayembiafrica
Spectacle de Bayembi Africa au Balattou en 1987 © Archives Nuits d’Afrique
lorraineklaasen
Spectacle de Lorraine Klaasen au Balattou en 1987 © Archives Nuits d’Afrique
Spectacle du duo Umayok au Balattou en 1987 / Archives Nuits d'Afrique
Spectacle d’Umayok au Balattou en 1987 © Archives Nuits d’Afrique

Quelques dates importantes

Pour le festival…

 

Et sa programmation!

Ligne du temps

En vidéo

Pour vous mettre dans l’ambiance de ce grand festival, revoyez des moments forts de l’édition précédente.

_________

Jean-Baptiste Hervé est journaliste indépendant et il s’intéresse aux musiques urbaines et à la formation du chant afro-américain.