La Fabrique Culturelle

Dix comptes Instagram pour découvrir des artistes d’ici

Entre les cupcakes, les (impossibles) poses de yoga et les lieux de tourisme enchanteurs, on trouve aussi de belles choses du côté des arts sur cette plateforme sociale qu’est Instagram, que les artistes envahissent de bien belle façon. Voici quelques comptes à suivre pour découvrir des talents québécois incontournables.

Benito Turbio

Ce professeur de philosophie de l’Université du Québec à Trois-Rivières est également peintre professionnel. Représenté à l’international par la prestigieuse Saatchi Art, à Los Angeles, et au Québec par Le Silo — une galerie d’art tenue par ses deux parents également artistes —, Turbio base toute sa pratique sur le travail du philosophe Schopenhauer. Plusieurs de ses œuvres pourraient totalement s’inscrire dans le mouvement appelé nouvelle objectivité allemande (fixé entre 1918 et 1933, il s’apparente sur certains points à l’expressionnisme, mais se veut plus réaliste; on pense à des artistes comme Otto Dix et George Grosz). Benito Turbio démontre un intérêt pour les formes, dont il explore les contours, en ayant une approche qui rappelle aussi le cloisonnisme (peindre des aplats de couleurs pour ensuite les enfermer de traits bruts; Vincent van Gogh et Paul Gauguin en sont de bons exemples.)

Vous aimerez aussi:

OU

Cybèle Beaudoin Pilon

C’est dans son atelier de céramique situé dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal, que la jeune femme crée de petites merveilles à collectionner chez soi. Avec des motifs inspirés d’œuvres textiles du patrimoine québécois du 19e et du 20e siècle, l’artiste crée de jolis objets utilitaires (tasses, assiettes, pots à fleurs, etc.) qui illuminent le quotidien. Inspirée, Cybèle relaie souvent les détails de son processus créateur sur les médias sociaux, et ce, pour notre plus grand plaisir.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Cybele Beaudoin Pilon (@cybelebp) on


Vous aimerez aussi:

Dominic Besner

Artiste peintre montréalais, Dominic Besner explore le mouvement et la couleur d’une façon singulière, qui rappellera les créations exubérantes du mouvement allemand Der blaue Reiter (Le cavalier bleu) et du mouvement français appelé fauvisme, deux courants importants qui découlent de l’expressionnisme. Faisant preuve d’une touche bien personnelle, Besner offre au public des œuvres empreintes d’une force tranquille qui en imposent et qui donnent l’impression aux gens d’être en présence de figures mythologiques.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Dominic BESNER (@dominic_besner) on

Vous aimerez aussi:

OU

Galerie blanc

Voilà le projet de Nicolas Denicourt, commissaire indépendant, qui a voulu proposer «une galerie à ciel ouvert qui ne ferme jamais». Intrigant, n’est-ce pas? Située sur la rue Sainte-Catherine, dans le quartier gai de Montréal, cet espace d’exposition — conçu dans une facture épurée et minimaliste — laisse toute la place à l’observation des œuvres in situ. Plusieurs artistes de renom y ont exposé, dont Dominique Pétrin, Valérie Blass et Benoit Paillé. On peut actuellement y voir une exposition du mythique et irrévérencieux magazine d’art contemporain Toilet Paper, fondé par l’artiste italien Maurizio Cattelan.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Galerie blanc (@galerie_blanc) on

La Canopée boréale

Quitter le théâtre pour s’adonner à l’ébénisterie? Pourquoi pas? C’est en tous cas ce qu’a fait Gabrielle Huard pour vivre sa passion du bois jusqu’au bout. Cela a donné La Canopée boréale, une entreprise florissante installée à Saint-Antonin, à quelques kilomètres de Rivière-du-Loup. On y trouve les magnifiques pièces de Gabrielle, qui nous rappellent les meubles d’antan: solides, fiables, indémodables et de toute beauté, le tout accompagné d’une légère touche actuelle qui donne envie de meubler son logement au complet avec ces créations.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by La Canopée Boréale (@lacanopee.b) on

Voyez notre rencontre avec Gabrielle Huard:

Vous aimerez aussi:

L’Arbre et la Rivière

La poterie se fait belle grâce à ce couple de créateurs de la région de Lanaudière! Le duo d’artistes propose des pièces inspirées par la nature et par l’environnement enchanteur où il crée, soit Saint-Damien, dans Lanaudière. Cela se traduit par de jolies œuvres à collectionner — tasses, assiettes, pots… —, dans lesquelles on sent la touche plus manuelle et physique de Matthieu et celle, plus artistique et esthétique, de Geneviève. Un amalgame parfait, quoi!

 

View this post on Instagram

 

A post shared by L’Arbre et la Rivière (@larbreetlariviere) on

On a rencontré le couple derrière ce projet artistique:

Vous aimerez aussi:

Mam & Pop

Jolène Morin est une touche-à-tout et, surtout, une entrepreneure fonceuse. En 2007, elle a ouvert la Galerie Zone Orange, située dans le Vieux-Montréal, un espace qui juxtaposait salle d’exposition et boutique pour artistes voulant montrer leurs créations: bijoux, meubles, vêtements, etc. La boutique a ensuite fermé ses portes pour permettre à l’artiste de se consacrer à ses projets personnels. L’an dernier, celle-ci a même inauguré une… poissonnerie molle. Quoi? Eh oui, vous avez bien lu! Créatrice effrénée, la jeune femme a décidé de mettre de l’avant ses propres créations dans une boutique éphémère présentant des oreillers et des peluches… en forme de crustacés et de poissons! En ce moment, on trouve dans son espace-boutique des slips Ginette Reno, des souliers La Poune, des chandails Kenny G et des chaussettes Barry White, pour ne nommer que ces produits. Bref, un joyeux amalgame entre culture pop et «fait main» québécois!

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Mamandpop (@mamandpop) on

Vous aimerez aussi:

Mélodie Vachon Boucher

Autrice du roman graphique Les trois carrés de chocolat (Mécanique générale, 2016) — qui a connu un immense succès —, Mélodie Vachon Boucher est également professeure d’arts visuels et éditrice. Sur la plateforme Instagram, avec sensibilité et de façon très touchante, la jeune femme intègre poésie et mots épars à des illustrations ou à des éléments glanés ici et là (pétales fanés, pelures de légumes, etc.) en vue d’évoquer des émotions et des sentiments, ou alors de livrer un peu ses états d’âme, le tout avec une portée universelle. On entre dans son intimité de créatrice, parsemée de pensées et de réflexions sur la vie. Et c’est beau.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Mélodie Vachon Boucher (@melodievachonboucher) on

Vous aimerez aussi:

MetroSketcher

Fin observateur du quotidien, François Pensec a lancé le compte Instagram MetroSketcher pour occuper son temps libre entre les 30 stations de métro de Montréal qu’il avait à parcourir pour se rendre au boulot. Au moyen d’une touche très «bédéesque», le graphiste nous offre de magnifiques croquis pris sur le vif dans différents coins de la ville, sans oublier des portraits de gens observés dans les cafés, la rue ou les transports en commun. Son compte regorge de dessins aux détails finement esquissés (faisant l’effet d’instantanés photo), qu’il a cumulés au fil des années et qui témoignent des mouvements non seulement de la ville, mais aussi de la vie.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by francoispensec@gmail.com (@metrosketcher) on

MissPixels

Impossible de passer à côté du compte Instagram d’Isabelle Gagné, l’une des premières personnes au Canada à avoir exploité l’art mobile (ou iphonographie) et à en avoir fait une pratique artistique à part entière. Grâce à cette artiste, on réalise qu’un simple téléphone intelligent peut faire beaucoup, voire énormément. En effet, ses photographies prises sur iPhone ont fait le tour du monde, et les projets n’arrêtent pas depuis plusieurs années pour cette native de Boisbriand. Récemment, elle a créé un bot nommé Pröspect, qui génère des collages de photographies à partir de la collection Photographie, du Musée McCord, à Montréal. Jouant également avec le glitch — une technique de création qui intègre des bogues et des erreurs de numérisation d’images — ainsi qu’avec l’inclusion de mots dans ses images, elle crée une nouvelle réalité numérique qui remet en question le pouvoir et l’effet de présence de l’image.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by I s a b e l l e G a g n é (@misspixels) on

On a rencontré MissPixels:

Vous aimerez aussi:

Velvet Moustache

Derrière ce nom rigolo et intrigant se cache Majorie Labrèque-Lepage, une créatrice de Montréal qui s’est lancée dans la confection de petits compagnons doux et coussinés pour accompagner enfants et adultes dans tous les moments, jolis ou pas, de la vie. Le mot «réconfort» revient souvent pour décrire ces mignonnes peluches-oreillers, et ce n’est pas pour rien: il s’agit en effet de petites douceurs à porter, d’accompagnatrices de dodos apaisants, ou tout simplement d’amies-textiles moelleuses à câliner sans aucune gêne. Bref, vous l’aurez compris: on a juste envie de les serrer dans nos bras très fort pour se rassurer et pour s’offrir un peu de doux.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Velvet Moustache (@velvetmoustache) on

Vous aimerez aussi:

Photo de la une: Patrick Tomasso via Unsplash