La Fabrique Culturelle

La musique trad: un son rassembleur!

Y aurait-il un regain d’intérêt pour la musique traditionnelle («trad») québécoise?

Bien sûr, il y a toujours ces airs qu’on écoute dans le temps des Fêtes… Mais, depuis quelque temps, on assiste à une recrudescence des veillées traditionnelles un peu partout au Québec. C’est la renaissance des sets carrés avec violoneux et calleurs! Jeunes et moins jeunes se réunissent pour «swinguer» leur compagnie lors de soirées où la musique trad retrouve ses lettres de noblesse. Nostalgie? Redécouverte de notre folklore? Ce qui est certain, c’est que ce genre musical offre un son très rassembleur, qui plaît à beaucoup de monde.

On sent vraiment qu’il se passe quelque chose: il y a un essor des veillées de danse et une augmentation des groupes de musique traditionnelle. Le nombre de festivals trad a doublé depuis un an au Québec: on en compte actuellement une bonne trentaine, dont un p’tit nouveau, le Festival de musique Trad Val-d’Or. Cet engouement touche toutes les régions. À Montréal, les Veillées du Plateau réunissent 300 personnes chaque mois. — Christine Bricault, coordonnatrice du Conseil québécois du patrimoine vivant.

Une musique rassembleuse

Le groupe Racine Carrée. Crédit photo: : Karine Roberge

Karine Roberge, présidente du tout nouveau Festival de musique Trad Val-d’Or, est une violoniste de formation classique qui est tombée amoureuse de la musique traditionnelle. Elle fait maintenant partie du groupe Racine Carrée, qui organise des veillées traditionnelles réunissant pas moins de 200 personnes à la fois et des soirées «jam trad», où tout le monde peut se joindre au groupe pour jouer d’un instrument ou juste taper des mains.

La musique traditionnelle québécoise est très inclusive et répond à un besoin de se réunir. Ça va chercher une vibration rassembleuse; on tape du pied, on danse, on joue de la cuillère, on fait partie de la parade… C’est chaleureux et festif, et ce sont nos racines. Il y a une histoire qui se perpétue à travers cette musique. À un moment donné, on a bien vu que nos veillées intéressaient de plus en plus de monde, ce qui nous a amenés à organiser un festival à Val-d’Or.

Le Duo Trad, formé des musiciens Éloi Amesse et Éric Bégin, parcourt le Québec avec son spectacle familial Sur les traces de la musique québécoise. Pour Éloi Amesse, ce renouveau de la musique traditionnelle québécoise est en fait la manifestation d’une vague de fond qui n’a jamais disparu.

Les jeunes s’y intéressent maintenant parce qu’ils voient que c’est une musique authentique, au-delà des modes de l’industrie musicale. Même si, pour beaucoup de gens encore, le trad est une affaire que tu écoutes juste au jour de l’An, c’est beaucoup plus que ça: c’est une musique universelle et entraînante qui s’est développée sur une longue période. Les plus vieux enregistrements ont presque 100 ans et, avant ça, c’était la tradition orale. […] La musique trad est solide. C’est un bagage qu’on a, qui est ancré en nous. Plusieurs ne le savent pas, mais ils ont des violoneux parmi leurs ancêtres. C’est une culture très riche, qu’on retrouve partout et qui a des couleurs différentes selon le territoire. Chaque génération l’a modelée à sa façon, et donc le trad évolue… C’est aussi une musique de communauté, qui inclut les gens; c’est invitant.

Ces vidéos présentées par La Fabrique culturelle vous mettront totalement dans l’ambiance trad!

Marée montante: faire danser jeunes et moins jeunes!

Un retour aux sources qui ne laisse personne assis sur sa chaise: les soirées de la Marée Montante, où l’on revit les rythmes de la musique québécoise traditionnelle.

Genticorum en performance

Belle rencontre entre les Québécois de Genticorum, l’Américaine Lissa Schneckenburger et l’Irlandais d’origine Seamus Egan. C’est l’essence même de la musique traditionnelle — et du Festival Mémoire et Racines — qui s’y trouve. Rencontre et partage entre les cultures.

À découvrir également: la musique trad en chiffres! 

La mémoire vivante du trad

En Estrie, Jean-Paul Guimond connaît des milliers de chansons traditionnelles. M. Guimond souhaite léguer son héritage musical à la relève. Nous vous présentons ici sa rencontre avec Samuel et Félix Sabourin, du groupe Le Diable à cinq.

Métier: calleur!

Jean-François Berthiaume est un des rares à perpétuer le métier de calleur de danse traditionnelle. Il nous parle de sa réalité et de sa passion pour cet art qui fait partie intégrante du patrimoine immatériel québécois.

La Maudite Famille: harmonies vocales

Les frères Bruno, Norman, Rémi, Jean-François et Vincent Crépeault, ainsi que leur cousin Bernard Boulanger, tous de Val-d’Or, ont décidé de produire un disque où la musique traditionnelle est à l’honneur. Ah, La Maudite Famille!

Gigue et «call» à l’épicerie!

Quatre interprètes du folklore québécois inscrivent la gigue et le «call» traditionnel québécois à notre liste d’épicerie!

Un patrimoine immatériel

La veillée de danse a été inscrite en 2015 à la liste du patrimoine immatériel du Québec par la ministre de la Culture et des Communications. Voici une soirée de danse trad québécoise, avec Ghislain Jutras au «call» et Les Chauffeurs à pieds et Le Vent du Nord à la musique.

Hommage à Monsieur Pointu

Héritier du violon de Monsieur Pointu, Manuel Castilloux fait revivre le Reel de l’oiseau moqueur.