La Fabrique Culturelle

La Fabrique culturelle
Littérature

Mélanie Loisel | La métaphore de l’épinette

La Fabrique culturelle La Fabrique culturelle Côte-Nord

28 juin 2017

Les mots de Mélanie Loisel sont certainement les plus justes, pour raconter la relation douce-amère qu’elle entretient avec le mur.

« Salut vieux mur,

Ça fait longtemps que je ne t’avais pas vu.

À première vue, tu n’as pas trop changé.

Tu as même l’air de ne pas avoir vieilli.

Mais tes couleurs de brun et d’orange font mentir ton âge.

Ça fait longtemps que je te connais quand même!

Toi et moi, on a une longue relation amour-haine.

 

Enfant, tu me fascinais, tu m’excitais même.

Tu semblais si grandiose, si solide.

Entre tes quatre murs, j’y ai appris à marcher, à nager, à patiner.

Ado, c’était tout le contraire!

Tu m’énervais tellement, je dirais même que tu m’étouffais.

Tu semblais si limité, si fermé.

Avec les copains, on a fait la fête pour oublier, parfois pour t’oublier.

Entre tes quatre murs, on s’est beaucoup amusé, il nous est même arrivé de déraper...

On y a connu nos premiers excès, nos premières passions, nos premiers frissons.

Au début de l’âge adulte, je te l’avoue, tu m’indifférais.

Tu étais si loin, si inaccessible.

Venir te voir coûtait plus cher qu’aller à Paris ou Moscou,

alors tu comprendras que je préférais prendre le large!

 

Ces dernières années, j’ai réalisé que je t’aimais bien dans le fond.

Tu sais quoi vieux mur, je me suis même ennuyée parfois.

Je viens de faire 1200 kilomètres pour venir te voir.

J’avais oublié ô combien la route 389 est pénible,

mais les paysages rustiques si magnifiques.

N’aie crainte, j’ai plein de belles histoires à raconter sur toi.

Tu caches dans tes entrailles certains de mes plus beaux souvenirs.

Que je le veuille ou non, il y aura toujours un peu de moi en toi.

En tout cas, je peux te dire que tu suscites un sentiment unique au monde, que je n’arrive nulle part à ressentir et qui fera, que je reviendrai toujours vers toi, que je serai toujours attirée par toi.

Quand je te vois, je sais que je suis enfin chez moi.

Allez, je te laisse, tu me connais, j’ai besoin de prendre l’air!

À cause de toi, j'ai horreur d'être enfermée entre quatre murs!

http://www.melanieloisel.com/

Crédits

Coordination : Virginie Lamontagne

Réalisation : Guillaume Thibault et Virginie Lamontagne

Caméra et Montage : Guillaume Thibault 

Crédits-Œuvres : « Ils ont fait le siècle », Mélanie Loisel, Les éditions de l’aube, 2015

 

Signaler un abus

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Vous aimerez aussi

Recevez notre infolettre

S'abonner