La Fabrique Culturelle

La Fabrique culturelle
Société & musées

La dépose de quatre œuvres à l'église de Saint-Antoine-de-Tilly | À voir!

La Fabrique culturelle La Fabrique culturelle Chaudière-Appalaches

15 mai 2017

Véritables trésors ornant les murs de l’église de Saint-Antoine-de-Tilly, quatre immenses tableaux ont été enlevés et emballés pour un nouveau périple. Un événement rare et impressionnant appelé la dépose.

La dépose, c’est un terme technique dans notre univers de la muséologie pour dire que nous décrochons les tableaux (…).

Ainsi parle Daniel Drouin, conservateur de l’art ancien au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ). Et ce n'est que le début de l'histoire.

Dans cette église classée immeuble patrimonial, une équipe s’est présentée tôt le matin du 8 mai 2107 pour décrocher, en toute sécurité, quatre immenses tableaux qui feront partie sous peu d’une exposition au MNBAQ. Ils reviendront dans ces lieux mais pas avant un certain moment ; ce sont des tableaux-voyageurs...

Qu’ont en commun ces grandes œuvres ? Il faut remonter le cours du temps jusqu’à la Révolution française alors que de nombreuses œuvres religieuses sont saisies. Elles seront acquises plus tard par un prêtre catholique, Philippe-Jean-Louis Desjardins, qui aura une idée… :

Philippe-Jean-Louis Desjardins connaissait bien la situation des églises du Québec par son frère, Louis-Joseph, aumônier des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec. Le clergé et les communautés religieuses sont alors en pleine expansion et ne disposent pas suffisamment d’œuvres de qualité dignes de servir de support à la dévotion. En 1817 et 1820, ce sont près de 200 tableaux qui prendront le chemin de Québec. Ceux-ci seront ensuite remontés et vendus sur place avant d’être dispersés dans différentes églises et chapelles. Parallèlement, une nouvelle cohorte d’artistes canadiens, tels les Jean-Baptiste Roy-Audy, Joseph Légaré, Antoine Plamondon et Théophile Hamel, se sera formée à la peinture en procédant à la restauration des œuvres françaises et en les copiant à la demande des commanditaires, palliant ainsi à la pénurie de peintres dans la colonie britannique. (Source : Musée national des beaux-arts du Québec).  

Les quatre tableaux ornant la vénérable église de Saint-Antoine-de-Tilly font partie de ces œuvres et, à ce titre, rejoindront la cohorte de leurs semblables au MNBAQ du 15 juin au 4 septembre 2017. L’exposition Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins regroupera en effet près de 70 tableaux provenant de 15 prêteurs, dont 12 églises. À retenir dans l'agenda estival.

https://www.mnbaq.org/exposition/le-fabuleux-destin-des-tableaux-des-abbes-desjardins-1247

Crédits

Coordination Télé-Québec Chaudière-Appalaches : Marie-Claude Paradis, Pauline Bolduc

Réalisation et entrevue : Marilyn Laflamme

Montage : Mario Picard

Caméra : Michaël Pineault

Crédits-Œuvres  - Description des quatre tableaux de l'église de Saint-Antoine-de-Tilly :

Anonyme, peintre de l’entourage de Simon Vouet (Paris (France), 1590 - Paris (France), 1649)

La Sainte Famille à Nazareth

Vers 1640

Huile sur toile

249 x 162 cm

Saint-Antoine-de-Tilly, Fabrique Saint-Antoine-de-Padoue. Restauration effectuée par le Centre de conservation du Québec

Photo : CCQ, Michel Élie

 

Claude François, dit frère Luc (Amiens (France), 1615 – Paris (France), 1685)  

Le Christ dicte la règle à saint François d’Assise

Vers 1679

Huile sur toile

249,2 x 161,2 cm

Saint-Antoine-de-Tilly, Fabrique Saint-Antoine-de-Padoue. Restauration effectuée par le Centre de conservation du Québec

Photo : CCQ, Michel Élie

 

Samuel Massé (Tours (France), 1672 – Paris (France), 1753)  

Le Recouvrement de Jésus au temple

Vers 1720

Huile sur toile

297,5 x 247,5 cm

Saint-Antoine-de-Tilly, Fabrique Saint-Antoine-de-Padoue. Restauration effectuée par le Centre de conservation du Québec

Photo : CCQ, Michel Élie

 

Attribué à Hyacinthe Colin de Vermont (Versailles (France), 1693 – Paris (France), 1761)

La Visitation

Vers 1730

Huile sur toile

297 x 255 cm

Saint-Antoine-de-Tilly, Fabrique Saint-Antoine-de-Padoue. Restauration effectuée par le Centre de conservation du Québec

Photo : CCQ, Jacques Beardsell

REMERCIEMENTS à la Fabrique de l'église de Saint-Antoine-de-Tilly ainsi qu'à l'équipe du Musée national des beaux-arts du Québec.

Signaler un abus

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Vous aimerez aussi

Recevez notre infolettre

S'abonner