La Fabrique Culturelle

La Fabrique culturelle
Arts visuels & numériques

Léonie Therrien-Tremblay | Diogénisation

La Fabrique culturelle La Fabrique culturelle Bas-Saint-Laurent

3 mars 2017

Avec Diogénisation, Léonie Therrien-Tremblay propose une série de «peintures chiennes» où les personnages, animaux et humains, sont saisis dans d’étranges situations. Les références volontaires à l’histoire de l’art informent ici une pratique artistique construite autour de l’autobiographie, du sampling pictural et d’une symbolique qui emprunte aussi bien au religieux qu’au philosophique. Après des études de 1er cycle en arts visuels à l’Université Concordia, l’artiste de Matane a présenté son travail lors de plusieurs expositions individuelles ou collectives. »

Source : http://www.espacef.org/program.php?exposition=263

« Léonie Therrien-Tremblay travaille principalement à créer des oeuvres grand format, à l’huile. Ses deux dernières expositions solo utilisent la figure symbolique de l’animal comme métaphore des comportements humains. La ligne et la place d’importance qu’elle occupe dans sa production lie l’objet pictural à une pratique spirituelle méditative. Elle emprunte à l’efficacité d’une esthétique Pop et son style se plie selon la nature de chaque oeuvre. La peinture et l’image sont pour l’artiste des outils d’éveil dans la mesure où elles sont perçues de façon unique selon les expériences de chacun. Elle utilise récemment ses animaux domestiques, son entourage, les faits divers, des photos issues du web, afin de créer des scènes inspirée de ses relations avec le monde ouvrant sur une réflexion sur notre conditionnement. Au final, nous nous retrouvons avec des figures, humaines ou animales, qui fixent le spectateur, dans un moment suspendu avant, ou après, la catastrophe. »

Source : http://crcbsl.org/membres/leonie-therrien-tremblay/

BIO

«Des études en beaux-arts à l'Université Concordia à Montréal ont amené Léonie Therrien-Tremblay de Saint-Ulric à voyager à l'étranger où elle a eu la chance de travailler avec des artistes professionnels et d'exposer dans des centres d'artistes ses peintures, dessins et impressions numériques à jet d'encre.

Sa pratique artistique commerciale lui a permis de vivre de la peinture depuis la fin de ses études. Des oeuvres sur lesquelles elle a collaboré durant les cinq dernières années font partie de collections privées, notamment en Espagne, à Hong Kong, en Israël, au Pérou et en Australie.

D'autre part, sa recherche artistique personnelle l'a menée dans des lieux et à des gens en Asie du Sud et en Amérique du Sud, comme l’Amazone péruvienne et ses peintres des visions d’Ayahuascas, -potion chamanique du Pérou- et les mythiques Himalayas où l’on retrouve des peintres-moines de la tradition bouddhiste du Thangka.

« Ces deux aspects de mon cheminement en art, explique-t-elle, ont certes eu une influence qui m’a fait remettre en question la notion d’ego -aspect commercial- et de signature, typique à l’occident en peinture. »

La peinture utilisée à des fins d’éveil spirituel, le mandala par exemple comme symbole d’une structure complexe et infinie des constructions de l’univers, est importante dans sa démarche. Cependant, l’influence de l’histoire de l’art occidental dont elle est imprégnée est indéniable.

« Mes peintures, signale-t-elle, sont plus souvent de grand format, où la trace de la matière occupe une grande importance. Une impression de tension et de drame contenu émerge de la collision des arrières-plans géométriques inspirés de la géométrie sacrée, des éléments de la culture populaire. Les figures humaine et animale se côtoient et véhiculent l’idée selon laquelle chaque être vivant provient d’un univers complexe unique et paradoxalement, une structure universelle est présente dans toutes choses. Mes dessins et aquarelles de formats plus modestes, sont souvent le résultat de travail fin et méticuleux et proposent des objets symboliques ou des figures poétiques sur des fonds épurés. »

Source : http://www.ville.matane.qc.ca/repertoire/leonie-therrien-tremblay/1617.html

 

Crédits

Coordination : Diane Dubé, Diane Néron

Réalisation, caméra et montage : Bruno Leblond

Crédits-Œuvres : exposition Diogénisation, Léonie Therrien-Tremblay

Signaler un abus

Commentaires

User

Claude Coulombe — Le 13 mars 2017 à 16 h 42

Léonie Therrien-Tremblay nous livre une oeuvre artistique chargée de symboles et d'éléments de folklore qui amènent à la réflexion et à l'introspection. J'ai aussi appris un nouveau mot «diogénisation». Je ne peux m'empêcher de faire un parallèle avec l'oeuvre du peintre Chagall qui fait l'objet d'une importante exposition au MBAM. Merci à l'Artiste!

Vous aimerez aussi

Recevez notre infolettre

S'abonner