La Fabrique Culturelle

La Fabrique culturelle
Société & musées

Montréal, Ville forte de son passé

Ville de Montréal Montréal

9 juin 2014

Jusqu’en 1717, la Ville de Montréal n’était protégée que par de simples palissades destinées à empêcher les attaques iroquoises. Aucune porte ne fermait plus et les planches de bois, pourries ou arrachées formaient de larges passages exposant la Ville aux attaques des Britanniques, installés au Sud. Malgré le temps de paix, le Roi choisit de faire appel à Gaspard Chaussegros pour entreprendre la construction d’une fortification. Ses six mètres de hauteur semblaient protéger la Ville efficacement et ses huit grandes portes ouvertes sur le fleuve permettaient d’assurer la vitalité commerciale de Montréal. Néanmoins, ces fortifications n’étaient pas assez solides et le 8 septembre 1760, afin de protéger les citoyens d’une mort certaine, le Roi capitula face à l’invasion des anglais.

Au 19e siècle, Montréal ne craint plus la guerre et la muraille qui tombe par endroits en ruine est devenue inutile, voire même une entrave au développement économique de la Ville. On choisit d’abattre les fortifications pour permettre une plus grande ouverture sur le fleuve et on récupère les pierres de l’édifice pour construire de nouveaux bâtiments.

Aujourd’hui les fortifications ont disparu mais les fouilles archéologiques révèlent que des vestiges subsistent encore. Le Centre d’Archéologie de Montréal travaille à leur protection et à leur valorisation. Ainsi, l’aménagement réalisé par la Ville de Montréal vous permet d’observer au sol des dalles de granit qui indiquent les lieux où l’on a découvert ces vestiges qui sont toujours présents, juste sous nos pieds. Sur la rue Mc Gill, près des rues Saint-Paul et Notre-Dame, des structures ont été installées afin de représenter le volume et la hauteur de la muraille de l’époque. Une partie de celle-ci est d’ailleurs toujours visible sur le Champs-de-Mars, mais les traces les plus anciennes de la fortification sont conservées dans la crypte du Musée de Pointe-à-Callière, du temps où ce n’était encore qu’une enceinte de bois !

Signaler un abus

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Vous aimerez aussi

Recevez notre infolettre

S'abonner